mardi 3 décembre 2013

Je n'ai pas FACEBOOK, c'est grave docteur?

Je ne dis pas que je sois foncièrement contre ni que je n'ai un jour été tentée de m’inscrire sur ce réseau social mondiale car j'ai eu un temps mon profil.
A ce moment là, j'avais beaucoup de contacts, plein "d'amis", des collègues de boulot, des anciens copains de classe, des connaissances, des rencontres, les amis et les amis des amis, la famille, des inconnus, tous dans le même panier.
J'y ai consacré du temps, beaucoup de temps, j'ai créé des groupes et j'étais même populaire (en faux).
Et puis un jour il y a eu "dérapage", car évidemment, bien qu'on évite de mettre des images ou de donner des infos sur soi, les autres s'en chargent...
On sait tous que Facebook c'est aussi un moyen pour régler ses comptes à travers l'écran sans avoir à affronter la réalité, soyons réalistes on n'est pas dans le monde de oui-oui, si seulement chacun parlait de lui même mais ce n'est pas le cas.
D'ailleurs, certains proches se sont déjà retrouvés dans des situations vraiment inconfortables et nombreux sont ceux qui auront une anecdote sur le sujet, images dévalorisantes ou ragots en tous genres, tu vois ce que machin écrit sur truc, exhibition et voyeurisme dans le grand théâtre impudique de ce monde narcissique.
Après on est libre, la preuve ici sur mon blog, je raconte bien ce que je veux et tout le monde peut y accéder.
Tout ce déballage sur sa vie, comment doser, comment être juste comme il faut pour plaire au plus grand nombre de "fans" de plus, absolument tout est à suivre sur Facebook maintenant, à croire que si t'es pas dans le réseau, t'es out!
Alors, j'ai décidé de couper les ponts définitivement en supprimant mon profil (l'est-il vraiment d'ailleurs avec tout ce qu'on entend?)
Au début ça a été un vrai sevrage, j'avais du mal à me résigner, j'était en manque de ne pas aller chaque jour sur ma page , j'étais accro au site, si si, c'est possible.
Finalement je n'ai pas reçu tant de mails que ça pour me demander ce qu'il m'arrivait, pourquoi je n'avais plus de "profil", après tout,  un de plus ou de moins quand on compte ses amis par dizaines...
Du coup, après la déception passée, j'ai fait une taille franche dans "mes amis" et j'ai bien dû me résoudre à admettre que les seuls qui me restaient étaient bien ceux dont j'avais le numéro de téléphone et/ou l'adresse mail, les autres ont tout simplement disparus.
Tous ces échanges virtuels...tout ce temps perdu, les j'aime ou j'aime pas qui font la tendance (je ne m'en rendais pas compte à ce moment là, j'avais juste envie d'être au goût du jour, faire un peu comme tout monde en quelque sorte).
Pour résumer, je pense que Facebook c'est un truc marrant au début mais qu'il faut gérer ça très sérieusement pour éviter le grand n'importe quoi.
Il est peut-être indispensable de faire partie d'un réseau social quand on est étudiant et qu'on veut échanger avec ses camarades de classe, pour ma part je pense qu'on devrait plutôt se consacrer aux vraies rencontres et aux rigolades bruyantes plutôt que ces lol et mdr silencieux car finalement, les gens qu'on ne connait pas y'a peu de chance qu'on les rencontre (sauf s'ils viennent frapper à votre porte pour vous offrir un café mais ça c'est la pub) et ceux qu'on a viré de son agenda téléphonique, c'est bien parce qu'on n'a plus l'intention de les revoir, alors les vieux copains d'école, mouais...
Question relations, je préfère compter sur la qualité que sur la quantité.

Récemment on m'a demandé :
- T'es sur Facebook?
- Bein non.
- Faut que tu te crée un compte.
- Pour quoi faire?
- Pour qu'on puisse communiquer.
- Tiens voici mon numéro, on s'appelle et on se fait une bouffe? ;-)
 Merko

1 commentaire :

  1. Bon et bien comme y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, j'ai ouvert un compte Facebook au mois de juillet; par contre je n'ai pas mis ma photo personnelle en accueil et je fais bien attention de qui vois quoi...on verra bien

    RépondreSupprimer

Qu'en dis tu?